Point Info LMC France

Point Info LMC France leucemie myeloide chronique leucémie myéloïde CML information LLA LLC LA DROIT ITK
Le " Point info " LMC France

 

Cette rubrique de l'association de patients LMC France vise à collecter des liens pertinents et officiels vers des sites web, des articles et des textes traitant de la santé en France et dans le monde afin de faire le point sur les évolutions nombreuses en la matière.

 

 Vous trouverez ici un aperçu du contenu et des liens afin de vous rendre sur le site officiel correspondant !

Bonne lecture !


Vacances et LMC

Vous partez en vacances ? Préparez votre séjour en toute sérénité !

Vacances LMC informations LMC France

Si vous projetez de partir en vacances, en France ou à l’étranger, vous aurez besoin de vous organiser pour être sûr(e) de poursuivre votre thérapie dans les meilleures conditions. Il se peut que, durant vos vacances à l’étranger, vous ayez besoin de soins médicaux.

Avant de partir, faites part de votre projet de voyage à votre médecin traitant ou à votre hématologue. Précisez-lui la durée et la destination de votre séjour. Il devrait ainsi vous aider à préparer votre déplacement en renouvelant, si nécessaire, votre ordonnance.

Parlez-en aussi à votre pharmacien et demandez-lui de mettre à jour votre dossier pharmaceutique si vous avez l’intention de vous déplacer en France métropolitaine ou dans les Dom-Tom. Renseignez-vous également sur les conditions de votre protection sociale et sur les démarches que vous devrez peut-être effectuer auprès de la sécurité sociale ou de votre assureur : http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/a-l- etranger/.

LMC France vous renseigne

Vous pouvez contacter LMC France pour obtenir plus de renseignements ou télécharger notre fiche pratique contenant tous les détails de la préparation de vos vacances.

Nous vous recommandons en outre d’emmener avec vous les guides pratiques suivants que vous pouvez télécharger gratuitement :

- Mon carnet de bord LMC

Ce carnet personnalisé permet de consigner jour après jour l'histoire de votre maladie, son suivi, les traitements, leurs effets secondaires, les questions à poser aux professionnels de santé.

 

- Le livre de recettes LMC

Ce guide propose des recettes simples et rapides à préparer pour rester son meilleur partenaire bien-être grâce à une alimentation équilibrée en toutes circonstances.

 

- Sans oublier l’application LMCoach

Ce service mobile LMC France, est une application gratuite qui améliore l’observance des patients atteints de LMC,  et qui est désormais disponible en auto-inscription. 

En vous souhaitant d’agréables vacances !


Du bon usage des médicaments

Ministère de la santé médicaments LMC LMC France

 En 2012, le ministère de la Santé avait lancé une campagne d’information et de sensibilisation sur le bon usage du médicament. Cette campagne intitulée « Les médicaments, ne les prenez pas n’importe comment », avait l’ambition de faire prendre conscience des risques liés à la banalisation de la consommation du médicament et de rappeler l’importance du rôle des professionnels de santé.

La France est connue pour son utilisation excessive de médicaments. Elle est la championne d'Europe dans ce domaine puisque la consommation des Français dépasse de 40% la moyenne observée dans sept pays européens (dont l’Allemagne, le Danemark, le Royaume-Uni, etc.). L’usage optimal du médicament est une responsabilité partagée à la fois par le médecin prescripteur, le pharmacien aussi bien que le patient. Le bon usage du médicament consiste pour ce dernier à s’informer de la nature du médicament qui lui est prescrit, à respecter les conditions de son usage et à éviter les effets de son mésusage ou de sa surconsommation.

Qu’est-ce qu’un médicament de la LMC ?

 

La survie des patients atteints de leucémie myéloïde chronique a été allongée depuis quelques années de façon exceptionnelle par l’arrivée des ITK (inhibiteurs de tirosine-kinase). Cette grande avancée médicale est rendue possible par la thérapie ciblée. Ces médicaments ciblent les cellules malades porteuses du chromosome Philadelphie et du gène bcr-abl. Ils permettent d’empêcher l’évolution de la LMC et de la maintenir dans sa phase chronique. Actuellement, cinq molécules sont disponibles pour traiter la LMC : l’imatinib (nom commercial : Glivec), le dasatinib (Sprycel), le nilotinib (Tasigna), le bosutinib (Bosulif) et le ponatinib (Iclusig). En plus de ces molécules princeps, des médicaments génériques sont de plus en plus proposés à des coûts inférieurs par d’autres laboratoires.

Nos recommandations pour le bon usage des médicaments de la LMC :

1. Échangez entre votre médecin et votre pharmacien

 N’hésitez pas à indiquer à votre médecin et à votre pharmacien les médicaments que vous utilisez déjà avant d’accepter une nouvelle prescription pour un autre problème de santé. Cela permettra d’éviter les interactions éventuelles avec d’autres molécules. Renseignez-les sur votre état de santé et vos antécédents médicaux (allergie, grossesse, opération chirurgicale, maladie chronique…).

 

2. Soyez un bon observant

Respectez soigneusement votre prescription et ses modalités. Informez-vous des conditions d’usage du médicament (dosage, heures de prise, durée du traitement). Lisez la notice et conservez-la dans sa boîte jusqu’à la fin du traitement. C’est votre meilleure façon de coopérer avec votre traitement. Par expérience, l'observance est un facteur primordial du succès d'une thérapie médicamenteuse. Si la prise régulière des médicaments n'est pas respectée, cette inobservance risque de faire échouer votre traitement et même vous mettre en danger. Pour en savoir plus, téléchargez notre fiche pratique sur l’observance.

 

3. Faites-vous accompagner avec LMCoach

Si vous éprouvez des difficultés à suivre régulièrement votre traitement, n’hésitez pas à utiliser l’application mobile LMCoach. Ce service gratuit personnalisé a été conçu par LMC France pour vous suivre au long de votre thérapie. Il vous envoie périodiquement des SMS sur votre téléphone portable pour combler le vide entre deux consultations, avec des messages types rédigés par le comité scientifique de LMC France (rappels de traitement, de rendez-vous de consultation, conseils en diététique hygiène de vie, activité physique adaptée…). Inscrivez-vous directement à LMCoach ici. Vous pouvez aussi visionner la vidéo « LMC France appelle à l'observance ».

 

4. Apprenez à gérer les effets indésirables éventuels

Les traitements de la LMC peuvent entraîner des effets indésirables plus ou moins supportables. L’imatinib (Glivec), le médicament le plus utilisé actuellement, est connu pour occasionner, selon les patients, des crampes au niveau des jambes, ou des œdèmes (gonflements de la peau), touchant notamment le visage. Une asthénie, une prise de poids sont également parfois rapportées, ainsi que des troubles digestifs. Quels que soient les effets indésirables que vous éprouvez, il est recommandé d’en parler à votre hématologue, qui pourra éventuellement prescrire des thérapeutiques destinées à mieux supporter votre thérapie.

 

N’hésitez pas en outre à déclarer vos effets indésirables sur le site de l'ANSM (Agence nationale du médicament et des produits de santé).

Pour plus d’informations, regardez la vidéo de LMC France intitulée « LMC et effets secondaires ».

 

5. Comprenez mieux la nature de vos médicaments

Chacun des médicaments que vous prenez est identifié par un code personnel. C’est la « dénomination commune internationale » (DCI), c’est-à-dire le nom de la substance active du médicament. La DCI est généralement indiquée sur les boîtes des médicaments, qu’ils soient génériques ou non, en-dessous du nom de marque. Cette DCI peut vous être utile notamment lorsque vous partez à l’étranger et que vous avez besoin de vous approvisionner. Votre médecin ou votre pharmacien peut vous renseigner sur cette dénomination.

Téléchargez nos fiches gratuites de présentation des médicaments de la LMC. Spécialement conçues pour le grand public, ces fiches vous fournissent ce dont vous avez besoin pour mieux comprendre la constitution et les bénéfices thérapeutiques des médicaments.

 

6. Ne prenez pas les médicaments périmés

Les médicaments périmés peuvent présenter un risque pour votre santé.

 

7. Ne jetez pas les médicaments non utilisés n’importe où

Évitez de jeter vos médicaments périmés à la poubelle ou dans les WC. Rapportez-les (périmés ou non) à la pharmacie. Non seulement vous contribuerez ainsi à réduire la présence de résidus médicamenteux dans l’environnement mais vous éviterez que les molécules se retrouvent dans les nappes phréatiques et dans l’eau du robinet.

 

8. Tenez les médicaments hors de la portée des enfants

Rangez-les dans un placard hors de leur portée ou une armoire fermée à clé aussitôt que vous avez pris votre dose.

 

9. Attention à l’automédication

Si vous souhaitez alléger les effets indésirables liés à votre thérapie médicamenteuse, avant de prendre un médicament complémentaire pour traiter une diarrhée ou de la nausée, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ayez le réflexe de le tenir au courant. Vous risqueriez de compliquer votre état de santé en consommant des médicaments incompatibles avec votre maladie ou votre thérapie de la LMC.

 

L’objectif de tout médicament est de soigner. S’il est mal utilisé, il peut être dangereux, aussi est-il toujours recommandé de suivre la prescription du médecin et les conseils du pharmacien qui le met à votre disposition.


Qu'est-ce que le groupe AVNIR ?

Le groupe AVNIR (Associations VacciNation Immunodéprimées Réalités) est un  groupe informel né en 2013, sous l’impulsion commune de 11 associations de patients. Ces dernières ont eu une même volonté de travailler ensemble sur un sujet qui les concernait : la vaccination chez les adultes immunodéprimés (système immunitaire affaibli) suite à leur maladie ou à un traitement.

 

Ces associations de patients ont toutes constaté un manque d’information et de connaissances concernant la vaccination. En effet, quelles peuvent être les recommandations (ex : grippe/infections à pneumocoques), mais aussi les contre-indications (ex: rougeole/fièvre jaune) ou encore quel est le calendrier vaccinal pour ces patients à haut risque d’infection ?

La démarche mise en place

1) Connaître les besoins et attentes et porter la voix des patients

En 2013 : AVNIR 1 a mené une enquête en partenariat avec Pfizer afin d’évaluer les perceptions et réalités de la vaccination des immunodéprimés (manque d’information et couverture vaccinale faible).

Une vidéo a été publiée sur la chaîne Youtube AVNIR, un article est paru dans Vaccine, et enfin une rencontre a eu lieu avec les parties-prenantes de la vaccination (réunion avec les sociétés savantes).

 

2) Le temps de la réflexion

En 2014: Suite à l’organisation d’un colloque rassemblant toutes les parties-prenantes, 2 propositions concrètes sont ressorties :  améliorer l’information et étendre l’envoi de bons de vaccination aux vaccinations recommandées (au-delà de la grippe) pour les personnes atteintes de maladies chroniques à leur entrée en ALD ou pour les patients sous immunosuppresseurs.

Il est aussi question de contribuer à la stratégie nationale de santé.

 

3) Le temps de l’action

En 2016 : AVNIR 2 a mené une enquête qui a été élargie aux patients à risque d’infection.

Il en est ressorti que les couvertures vaccinales étaient toujours basses (grippe: 52% / pneumo: 32%), mais il en est aussi ressorti deux nouveau leviers d’amélioration :

-          Optimiser l’information, la formation et la communication des patients et des personnels de santé

-          Sensibiliser les professionnels de santé à systématiser les propositions de vaccination

 

Enseignements : couvertures vaccinales toujours basses (grippe: 52% / pneumo: 32%) + 2 leviers d’amélioration: optimiser l’information, la formation et la communication des patients et des personnels de santé et sensibiliser les professionnels de santé à systématiser les propositions de vaccination.

Un deuxième colloque a  aussi été organisé, des contributions à la concertation citoyenne et au débat sur la vaccination ont été apportées, et enfin s’est manifestée une véritable volonté de travailler avec toutes les parties-prenantes et de co-construire les outils.

Pour améliorer la couverture vaccinale des adultes à risque, le groupe AVNIR propose de :

Informer :

- Informer de manière personnalisée, récurrente et claire sur la vaccination

- Favoriser l’utilisation du carnet de vaccination électronique

- Inscrire le statut vaccinal dans la carte vital

- Envoyer des informations sur les vaccinations recommandées et contre-indiquées

- Inclure la vaccination dans les programmes d’ETP (Education thérapeutique du patient)

 

Intégrer la vaccination dans les parcours de soins des patients à risque :

- Améliorer le lien entre le médecin généraliste et le spécialiste / l’hôpital

- Sensibiliser et former les professionnels de santé aux recommandations spécifiques des patients

- Développer l’information sur la vaccination lors d’un moment dédié par les professionnels de santé

- Étendre l’envoi de bons de vaccination aux vaccinations recommandées (au-delà de la grippe) pour les personnes atteintes de maladies chroniques à leur entrée en ALD ou pour les patients sous immunosuppresseurs

- Encourager les professionnels de santé à se vacciner pour protéger les personnes à risque qui ne pourraient être vaccinées du fait de leur pathologie.

 


Quels vaccins chez les patients atteints de leucémie myéloïde chronique* ?

En tant que patient atteint de LMC :                                   Quels vaccins dois-je faire ? Quels sont ceux à éviter ?

Afin de répondre aux problématiques liées à la vaccination chez les patients atteints de LMC, nous avons interrogé les docteurs Aude Charbonnier et Pascale Cony-Makhoul qui nous apportent des réponses sur le sujet.

Docteur Aude Charbonnier Hématologue
Docteur Aude Charbonnier Hématologue
Docteur Pascale Cony-Makhoul - Hématologue
Docteur Pascale Cony-Makhoul - Hématologue

Le Docteur Charbonnier, hématologue depuis une vingtaine d’années à l’Institut Paoli Calmettes de Marseille et praticien hospitalier dans l’unité spécialisée dans le traitement des leucémies, et le Docteur Cony-Makhoul, praticien hospitalier depuis 25 ans (actuellement au Centre Hospitalier Annecy-Genevois) nous expliquent qu’il est bien évidemment recommandé aux patients d’être à jour de leurs vaccins.

 

Un vaccin est principalement composé d’antigènes, issus de l’agent infectieux (virus ou bactérie), responsable de la maladie contre laquelle il protège. En présence de l’agent infectieux (rendu inoffensif dans le vaccin), le système immunitaire de la personne vaccinée va produire des anticorps en 2 à 3 semaines. Ces anticorps qui persistent pendant des années dans l’organisme de la personne vaccinée, pourront être immédiatement opérationnels pour éliminer l’agent infectieux si la personne vaccinée se trouve à son contact.

Il y a deux grandes catégories de vaccins 

 

-          Les vaccins vivants atténués :

 

Ils contiennent l’agent infectieux vivant modifié de façon à ce qu’il perde son pouvoir infectieux tout en gardant sa capacité à induire une protection chez la personne vaccinée. Sauf exception, ces vaccins sont contre-indiqués chez le patient immunodéprimé (greffés par exemple).

-          Les vaccins inactivés :

 

Ils ne contiennent pas d’agent infectieux vivant.

Ils peuvent contenir soit un fragment de l’agent infectieux (comme sa paroi ou sa toxine), soit la totalité de l’agent infectieux qui est inactivé.


 

D’une façon générale, les patients traités par inhibiteur de tyrosine kinase pour une LMC ne sont pas considérés comme immunodéprimés. C'est pour cela que la majorité des patients peut être vaccinée y compris avec des vaccins vivants tels que le vaccin contre la Fièvre Jaune (nécessaire lors de certains voyages) ou le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR). 

Néanmoins, une petite proportion de patients présentent une immunosuppression associée au traitement de la LMC ou à des pathologies associées qui peuvent être des contre-indications à certains vaccins.

Il est conseillé de faire le point de votre situation avec votre médecin ou votre hématologue de façon à ce que la balance bénéfice-risque puisse être appréciée (éventuellement au cas par cas pour la fièvre jaune notamment).

 

Sauf urgence (exemple plaie à risque de contamination par le germe du tétanos) on évitera une vaccination (tout type de vaccin) en début de prise en charge de la LMC.

 

Pourquoi ? Car à ce stade une neutropénie (taux abaissé de polynucléaires neutrophiles) +/- une lymphopénie (taux abaissé de lymphocytes) peuvent survenir. Cela peut modifier la réponse immunitaire et rendre les vaccins atténués moins efficaces ou générer des effets indésirables avec les vaccins vivants atténués.

On évitera aussi l’utilisation de vaccins vivants atténués chez les patients présentant une lymphopénie chronique (taux abaissé de lymphocytes) , ce qui n’est pas fréquemment associé aux traitements par ITK. 

 

Pourquoi ? Car ce sont les lymphocytes qui produisent les anticorps après contact avec les antigènes présents dans les vaccins. Cela peut modifier la réponse immunitaire et rendre les vaccins moins efficaces.

 

Pour plus d’informations sur la vaccination, il vous est conseillé d’en parler directement avec votre hématologue ou votre médecin. Vous trouverez de nombreuses informations sur le site de la vaccination ou encore sur le site Mesvaccins.net qui informe sur les vaccins en général et sur les vaccins pour les voyages.

 

* attention les informations qui suivent ne s'appliquent pas au contexte des patients greffés


Connaissez-vous la semaine européenne de la vaccination ? (SEV)

LMC France participe à la Semaine Européenne de la Vaccination du 23 au 29 avril 2017

Créée en 2005 par l’Organisation mondiale de la santé, la Semaine de la vaccination a lieu tous les ans dans 200 pays dans le monde. Cet événement contribue à sensibiliser le public et les professionnels sur les enjeux de la vaccination.


Organisée du 23 au 29 avril, cette 11e Semaine a pour thème principal « les vaccinations au fil des âges et de la vie ». LMC France y participe dans le cadre du groupe AVNIR.


Au niveau national, l’événement est coordonné par le ministère de la Santé et Santé publique France (Agence nationale de santé publique). Il est dirigé au niveau régional par les Agences régionales de santé (ARS). De nombreux partenaires nationaux responsables de l’organisation de la manifestation font office de relais auprès de leurs réseaux régional et local.


La Semaine de la vaccination est organisée avec l’implication des professionnels de santé et de nombreuses structures : centres de vaccination, centres de protection maternelle et infantile, établissements de santé, organismes d’assurance maladie, mutuelles, collectivités territoriales et locales, autres services de l’État (Éducation nationale, Travail, Jeunesse et Sports…), associations, etc.


Cette plateforme qui vise à favoriser et à simplifier les échanges entre les différents partenaires de l’événement, permet de mettre à leur disposition des documents, des diaporamas, des outils web, de partager les supports de communication et de coordonner les actions pendant la manifestation.


Pour en savoir plus sur la Semaine de la vaccination, rendez-vous sur http://www.semaine-vaccination.fr/


Connaissez-vous le site ProInfosCancer ?

ProInfosCancer LMC France HAS ANSM ARS PACA CORSE SPF leucemie myeloide chronique aigue lymphoide cancer information soutien aide
ProInfosCancer et LMC France

Paca et Corse : lancement de ProInfosCancer pour aider les acteurs de santé et les patients atteints de cancer à prendre en charge leur maladie
 
ProInfosCancer  est un nouveau site web d’information très complet qui s’inscrit dans la volonté du Plan Cancer 2014-2019. L’intention du Plan est de mettre l’accent sur le rôle des médecins généralistes et des équipes de premier recours dans le parcours de soins des patients atteints de cancer. Le Plan préconise de faciliter le travail des acteurs de santé de ville. Lancé par Onco Paca-Corse, ce projet du site internet est réalisé sous l’égide du Réseau régional de cancérologie (RRC) et de l’Agence régionale de santé Paca (ARS Paca). LMC France figure parmi les associations de patients inscrites dans le site.


Les objectifs de ProInfosCancer :

  • Le site a pour but d’informer les acteurs de santé sur l’évolution de la prise en charge des patients atteints de cancer de ville en mettant à leur disposition des documents pratiques et actualisés.
  • Il souhaite aussi guider les patients vers les structures de prise en charge adéquates en région Paca et en Corse.

La validité des documents fournis est garantie par leur origine. Ils proviennent d'agences sanitaires et d'institutions telles que : la Haute autorité de santé (HAS), l’institut national du cancer (INCa), Santé publique France (SPF), l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM), les Agences régionales de santé Paca et Corse, de sociétés savantes ou de groupes d’experts.


L’intérêt du site :

Étant donné l’évolution constante de la recherche et de la pratique médicale, il arrive qu’un document recherché par un patient, un proche ou un médecin, ne soit plus à jour ou qu’il soit incomplet.
Non seulement les documents présentés sur le site, susceptibles d’intéresser les patients concernés, sont actualisés mais ils sont tous accessibles au même endroit. Un gain de temps et de simplification appréciable. Par exemple, les patients peuvent trouver facilement des renseignements pratiques sur les soins de support, les essais cliniques et la prescription médicale d'« activités physiques adaptées » (APA). En outre de nombreux documents sont téléchargeables.
Espace « Infos Cancer »


Un espace « Infos Cancer » est spécialement réservé aux grands thèmes, ce qui facilite l'orientation des visiteurs et la prise en charge des patients :

  • Prévention - Dépistage - Risque aggravé - Oncogénétique : cette rubrique traite des programmes de prévention et de dépistage, de la surveillance et de la prise en charge des personnes présentant un risque aggravé de développer un cancer.
  • Diagnostic et traitements : le visiteur y trouvera des informations et des fiches pratiques sur la prise en charge des patients par type de pathologie. Il peut y découvrir des renseignements sur les traitements, les effets indésirables, la recherche clinique, les référentiels et les recommandations.
  • Parcours de soins : on y trouve de nombreux documents pratiques sur le parcours personnalisé du patient, depuis l'annonce à l'après-cancer (recommandations, fiches infos, éducation thérapeutique, coordination ville-hôpital, cancer et travail, etc.).
  • Soins oncologiques de support : le visiteur y trouvera des recommandations à propos des soins et des soutiens apportés aux patients, tout au long de la maladie, en parallèle aux traitements spécifiques du cancer. Des référentiels, des initiatives existantes, etc. complètent les informations.
  • Offre de Soins : cette rubrique présente les structures de prise en charge existantes en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Corse ou au niveau national. On y trouve notamment des informations sur les initiatives régionales à propos de l’Activité physique adaptée (APA)
  • Après Cancer : cette rubrique présente le Programme personnalisé de l'après-cancer (PPAC)
ProInfosCancer LMC France HAS ANSM ARS PACA CORSE SPF leucemie myeloide chronique aigue lymphoide cancer information soutien aide

Pour accéder à l’espace « Infos Cancer », allez sur la barre du menu en haut de la page d’accueil puis cliquez sur « Infos Cancer ».

Le site présente en outre une série d’annuaires, la possibilité d’effectuer des recherches dans ses pages intérieures, un agenda et bien d’autres rubriques. Une très belle initiative !

En savoir plus : http://www.proinfoscancer.org/


Connaissez-vous l’Alliance Maladies Rares?

alliance maladie rare lmc france leucemie myeloide chronique

L’Alliance Maladies Rares est une association sans but lucratif qui représente les patients touchés par toutes les formes de maladies rares et leurs familles. Créée en 2000, l’association a pour mission de faire connaître et reconnaître les maladies rares, en menant des actions d’information et de sensibilisation grand public et auprès des pouvoirs publics. Elle fédère en France plus de 200 associations de malades et représente ainsi quelque 2 millions de malades.
Depuis sa création, l’Alliance Maladies Rares accompagne de nombreuses associations dans la création ou l’organisation de leur vie associative. Par exemple, elle met à leur disposition des conseils sur la gestion et le développement des associations, la recherche de financements ou les liens avec le monde médical, etc. L’Alliance a publié un guide d’accompagnement de la vie associative qui permet de se former dans ce domaine avec des connaissances théoriques, des recommandations pratiques et des témoignages.
L’Alliance, qui prône le respect des identités et de l’autonomie des malades, couvre l’ensemble de la France métropolitaine avec 12 délégations régionales. Elle est membre de la plateforme internationale www.plateforme-maladiesrares.org qui, depuis 2001, rassemble des salariés et des bénévoles dans la lutte contre les maladies rares et la recherche d’amélioration de la vie des personnes malades.

Les maladies rares concernent près d’une personne sur 20, soit 3 millions de Français. Il existe environ 7000 maladies rares, lesquelles touchent en majorité les enfants, qui n’ont pratiquement pas de traitement.

Cet été, soutenue par la RATP, l’Alliance Maladies Rares se fait connaître dans le réseau du métro et du RER parisiens par une campagne d’affichage dynamique, avec des affiches de super-héros et de super-héroïne. L’Alliance Maladies Rares est membre d’Eurordis (www.eurordis.org/fr/a-propos-d-eurordis ), une alliance non gouvernementale d’associations de malades, qui fédère 716 associations de patients atteints de maladies rares dans 63 pays.


En savoir plus : http://www.alliance-maladies-rares.org/


Savez-vous ce qu'est le Fi-LMC ?

Fi LMC France leucemie myeloide chronique traitement guerison cancer sang

Créé en 2000, le « France intergroupe des leucémies myéloïdes chroniques » (Fi-lmc) est une association à but non lucratif dont l’objectif est de réaliser et encourager la recherche dans le domaine de la LMC.  Fi-lmc regroupe des médecins, chercheurs, hématologues, spécialistes, et autres acteurs de la santé pour faciliter l’échange et l’avancée des connaissances scientifiques et le traitement de la LMC.

Fi-lmc est actif à la fois dans la recherche académique, fondamentale et épidémiologique. En partenariat avec l’industrie pharmaceutique, le groupe, qui a été associé au développement des ITK (inhibiteurs de tyrosine kinase), explore de nouvelles recherches médicamenteuses. Avec ses diverses actions telles que la mise en place de registres des patients en échec de l’imatinib, le groupe a par ailleurs contribué à mieux comprendre la nature de l’épidémiologie de la LMC. Grâce à son mode de travail en réseau, Fi-lmc est apte à faire collaborer différents chercheurs sur des études spécifiques.

La diffusion des connaissances sur la LMC :

Le groupe organise régulièrement plusieurs réunions chaque année afin d’améliorer les échanges entre spécialistes de la LMC. Il organise également des réunions de travail tous les deux mois pour maintenir la coordination de la recherche clinique. Chaque année, une journée scientifique est consacrée à la recherche fondamentale. D’autre part le groupe participe au congrès annuel de la SFH (Société Française d’Hématologie) en y animant une réunion scientifique d’information.

Fi-lmc organise également une réunion annuelle nationale d’information des patients atteints de la LMC dans plus de 14 villes de France. Son site internet et ses publications permettent aux acteurs de santé d’assurer la mise à jour de leurs connaissances scientifiques et d’enrichir le débat sur la pathologie. Par exemple, en publiant des diaporamas éducationnels téléchargeables ou les résultats d’essais cliniques en cours, Fi-lmc contribue à l’enrichissement des connaissances des médecins. Des plaquettes d’information sont également accessibles sur le site web à l’intention des patients et de leurs proches.

Un acteur de la LMC au niveau international :

S’il convient de reconnaître le succès des traitements révolutionnaires comme les ITK, le besoin de poursuivre les recherches est toujours vivace. De nombreuses questions restent en effet sans réponse. Elles concernent le temps du traitement, les conditions de son arrêt dans certaines situations, les mécanismes des résistances, etc.

Fi-lmc reste l’interlocuteur privilégié des médecins français et d’un certain nombre d’acteurs impliqués dans la recherche. Son intention est de les soutenir dans l’amélioration de la prise en charge des patients atteints de cette hémopathie. Les travaux du groupe, fréquemment publiés dans des journaux scientifiques, les communications diffusées à l’occasion de différents congrès et sa participation à l’European Leukemia Net (ELN), contribuent à donner à Fi-lmc une présence utile et indispensable sur la scène internationale.

Président : Pr François-Xavier Mahon, CHU de Bordeaux

Vice-Président : Pr Philippe Rousselot, CH de Versailles

Secrétaires : Drs Franck Nicolini, Hospices civils Lyon et Laurence Legros, CHU Nice

Trésorière : Dr Delphine Rea, Hôpital Saint Louis, AP-HP



En savoir plus : http://www.lmc-cml.org/fr/


Savez-vous ce qu'est le CISS ?

CISS LMC FRANCE collectif interassociatif santé cancer leucémie ALD maladie chronique myéloide

Le Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS) dont fait partie LMC France, milite pour le respect des droits des patients et des usagers. Il rassemble plus de 40 associations adhérentes. Une de ses missions est de favoriser des approches complémentaires qui puissent bénéficier aux personnes malades et handicapées, aux personnes âgées et retraitées, ainsi qu’aux consommateurs.


Les associations adhérentes au CISS représentent toutes les maladies reconnues en tant qu’affections de longue durée (ALD). Le CISS traite une grande variété de sujet et de problématiques liées aux soins, à la qualité des pratiques médicales, au système de santé. Des groupes de travail organisés par thèmes encadrent les associations membres du CISS dans les domaines concernés.


Les actions du CISS visent à défendre les intérêts de tous les usagers du système de santé pour promouvoir une meilleure prise en charge des patients. Le CISS est financé en majorité sur des fonds public, le reste sur fonds divers et privés.


Le CISS a contribué à la création de la ligne Santé Info Droits, de la Journée de mobilisation sur les déserts médicaux, de l’Observatoire citoyen et du site web d’information santé « 66 Millions d’Impatients ».


En savoir plus : http://www.leciss.org/


Savez-vous ce qu'est Unicancer ?

Unicancer lmc france leucémie lmc
Unicancer

Unicancer est un groupe hospitalier spécialisé dans la lutte contre le cancer. Ce groupement de coopération sanitaire réunit les Centres de lutte contre le cancer (CLCC), organismes privés à but non lucratif, répartis sur 20 sites en France métropolitaine. Les CLCC assurent une triple mission de soins, de recherche médicale et formation en cancérologie. Présent dans 16 régions françaises, Unicancer porte ainsi un modèle spécifique de prise en charge des patients.

Avec son projet pseudo-scientifique, Unicancer permet aux CLCC de mettre en œuvre des axes stratégiques fédérateurs pour qu’ils puissent réaliser leurs missions. Ce projet a pour objectif principal de renforcer l’individualisation de la prise en charge, l’innovation thérapeutique au bénéfice du patient et d’améliorer la qualité des services.

Selon sa charte, Unicancer œuvre en permanence pour concrétiser un modèle de prise en charge en cancérologie autour de  10 points. Parmi ces points, nous pouvons retenir :

  • Un accès à des soins de qualité.
  • Des modes d’exercice équitables et des pratiques éthiques, en conformité avec les tarifs conventionnels et l’absence de pratiques libérales.
  • Une approche humaine, centrée sur le patient, fondée sur la pluridisciplinarité, la prise en charge globale de la personne et la poursuite de la recherche et des soins.
  • Un projet médico-scientifique qui mutualise les progrès scientifiques et organisationnels au bénéfice des patients.
  • Une médecine personnalisée et une prise en charge intégrée dès le dépistage et/ou diagnostic précoce au suivi après le traitement.


La Fédération nationale des Centres de lutte contre le cancer, appelée « Fédération Unicancer », est une organisation patronale qui fait partie des quatre fédérations hospitalières de France. Elle dirige le Groupe Unicancer.

Les CLCC contribuent au service public hospitalier. Ils remplissent leurs missions en concordance avec les principes établis dans la charte Unicancer. Le Groupe garantit ainsi une excellente qualité de prise en charge dans ses établissements et offre un accès rapide et sûr aux innovations thérapeutiques.

 

En savoir plus : http://www.unicancer.fr/


Savez-vous ce qu’est la CAMI Sport et Cancer ?

Institut National du CAMI SPORT CANCER LMC FRANCE LEUCEMIE MYELOIDE CHRONIQUE
CAMI Sport et Cancer

Fondée en 2000 par le Dr. Thierry Bouillet, oncologue et radiothérapeute, et Jean-Marc Descotes, ancien athlète de haut niveau, la CAMI Sport et Cancer favorise l’activité physique dans le cadre de la cancérologie et de l’hématologie. Organisée en fédération, cette structure suit les patients au cours de leur traitement ou en rémission dans des activités physique et sportives adaptées à leur état de santé, en ville ou à l’hôpital. La CAMI apporte un complément à la prise en charge médicale. Elle bénéficie d’une reconnaissance médicale et institutionnelle.
Ses programmes s’inspirent du « médiété », une méthode d’apprentissage du mouvement dédiée aux patients. Ils sont accessibles dans diverses disciplines sportives comme le karaté, la danse, la course à pied, le taï-chi, le yoga, la marche nordique, la natation, l’escrime ou simplement le médiété. 
Les activités sont encadrées par des professionnels du sport et de l'activité physique, détenteurs du diplôme universitaire « Sport et Cancer ». Ils possèdent une expertise des aspects médicaux, physiques et psychologiques du cancer ainsi que de la pédagogie sportive associée.
Parmi les bénéfices que procurent les programmes de la CAMI aux patients et aux personnes en rémission, on note une meilleure tolérance des effets secondaires et de la fatigue, le contrôle de la douleur, une meilleure agilité physique, la baisse de l’anxiété, une meilleure observance des traitements, l’amélioration de la qualité de vie.


En savoir plus : http://www.sportetcancer.com/ 


Savez-vous ce qu'est l'INCa ?

Institut National du Cancer INCa LMC FRANCE LEUCEMIE MYELOIDE CHRONIQUE
Institut National du Cancer

Vous en avez sans doute déjà entendu parler, mais savez-vous au juste à quoi sert l’INCa et quelle est sa mission ?


L'Institut National du Cancer (INCa) est l’agence d'expertise sanitaire et scientifique en cancérologie chargée par l’État de coordonner les actions de lutte contre le cancer.
 L'Institut est placé sous la tutelle conjointe du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
Ses principales missions:
- Coordonner les actions de lutte contre les cancers
- Initier et soutenir l’innovation scientifique, médicale, technologique et organisationnelle
- Concourir à la structuration d’organisations
- Produire des expertises
- Produire, analyser et évaluer des données
- Favoriser l’appropriation des connaissances et des bonnes pratiques

L’Institut National du Cancer a initié la majorité des actions du Plan cancer 2009-2013 et en a assuré le suivi global, avec l’ensemble des partenaires concernés.

 

Pour mieux connaître l’Institut National du Cancer, ses activités, son organisation, ses procédures d’expertise, etc., vous pouvez vous diriger ici :

 

En savoir plus : http://www.e-cancer.fr/Institut-national-du-cancer/Qui-sommes-nous


Un nouvel espoir contre une forme aiguë de leucémie

Des médecins britanniques ont obtenu une rémission spectaculaire chez une petite fille atteinte d'une leucémie très agressive. Le traitement utilisé a été mis au point par une société française de biotechnologie.

C'est une belle histoire qui donnera de l'espoir à de nombreuses familles: celle d'une petite fille, Layla Richards, âgée de 1 an, atteinte d'une forme grave de leucémie contre laquelle tous les traitements avaient échoué. Et qui, finalement, a vu son état s'améliorer de manière spectaculaire grâce à un traitement mis au point par une start-up française. « Sa leucémie était tellement agressive qu'une telle réponse est presque un miracle », a déclaré le professeur Paul Veys, du Great Ormond Street Hospital (GOSH) de Londres.

Cette petite fille souffre d'une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL). Ce cancer est lié à une multiplication incontrôlée des cellules appelées« lymphoblastes » au sein de la moelle osseuse du patient qui ne peut alors plus assurer une production normale de cellules sanguines. La LAL touche environ 300 à 400 personnes, enfants comme adultes, chaque année en France. Le premier traitement est, en général, une chimiothérapie suivie, en cas d'échec, d'une « allogreffe »: les médecins prélèvent alors des cellules-souches chez un donneur compatible avant de les administrer au malade.

Mais ces traitements ne marchent pas à chaque fois. Et depuis trois ans, un traitement expérimental très prometteur a fait son apparition: les CAR-T. « Ce traitement consiste à prélever les propres lymphocytes du patient puis à les reprogrammer génétiquement pour en faire des armes capables de détruire la leucémie », explique Jean-Paul Vernant, professeur d'hématologie à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Ces traitements CAR-T ont entraîné certains résultats spectaculaires dans les essais cliniques. « On a assisté à des rémissions prolongées chez des patients qui, parfois, n'avaient plus que deux ou trois mois à vivre », souligne le professeur Agnès Buzyn, hématologue et présidente de l'Institut national du cancer.

Dans le cas de Layla, il n'était pas possible d'utiliser ses propres lymphocytes. Ses médecins ont eu recours à une technique mise au point par Cellectis, une société de biotechnologie française. Ils ont administré au bébé des lymphocytes prélevés chez un donneur extérieur et modifiés génétiquement. « C'est une approche très intéressante car à terme, l'espoir serait de pouvoir disposer de lymphocytes universels qui pourraient être utilisés chez plusieurs patients différents », souligne Agnès Buzyn.

Ces traitements CAR-T suscitent une certaine effervescence, car on pense qu'ils pourraient, au-delà de la leucémie, être efficaces contre d'autres cancers. « C'est pour cette raison que de grosses firmes pharmaceutiques sont en train mettre de gros moyens pour les développer », poursuit le professeur Buzyn. « Aujourd'hui, ces traitements coûtent entre 100 000 et 300 000 €. Mais on espère que, s'ils sont produits à plus large échelle, les prix vont baisser. »

« Cette question du prix des traitements est majeure. Et on espère que les firmes sauront se montrer raisonnables », ajoute Jean-Paul Vernant.

 

Source : Article de Pierre Bienvault

du site La Croix du 9/11/15


Entre le 13 et 20 Mai 2014 : OPERATION PANGEA VII

Raid historique d'Interpol contre les pharmacies en ligne

Achat médicament internet DANDER mefiance lmc france OPERATION PANGEA Raid historique Interpol pharmacie ligne leucemie myeloide chronique cml leukemia
Achat de médicaments sur internet : DANDER !

Lutte contre les réseaux de vente illicite de médicaments sur internet : l’opération internationale « PANGEA VII » , destinée à lutter contre la vente illicite de médicaments sur internet, a impliqué cette année 111 pays  dont la France. Cette opération  a donné lieu à un grand nombre d'arrestations dans le monde entier ainsi qu’à la saisie de milliers de médicaments potentiellement dangereux.

En savoir plus : * Communiqué de l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé)


Janvier / Février 2014 - INSERM : Science et Santé

Le dosage de l'imatinib (Glivec) pour chaque patient LMC

inhibiteur tyrosine kinase itk dosage LMC FRANCE INSERM IMATINIB GLIVEC GLEEVEC SCIENCE SANTE 18
LMC, ITK et dosage

Une équipe de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) met en évidence l'importance du dosage systématique des ITK (Inhibiteurs de Tyrosine Kinase) dans le sang des patients traités pour une LMC afin d'optimiser le traitement tout en minimisant les effets secondaires.

 

Source : Magasine de l'INSERM

Science et Santé N°18

Janvier / Février 2014

 

<<< Cliquer sur l'article pour le lire !


06 Mars 2014 - La recherche sur la leucémie avance

Leucémie aiguë lymphoblastique

Une très forte avancée pour les personnes atteintes de leucémie aiguë lymphoblastique, de type B, à un stade très avancé a été réalisée par l'équipe du professeur Michel Sadelain. Médecin français, aux Etats-Unis depuis vingt ans, le professeur Michel Sadelain dirige le laboratoire d'ingénierie cellulaire du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (New York).

Un traitement expérimental contre une forme grave de leucémie confirme son efficacité. Près de 90% des patients traités sont en rémission. Les médecins parlent aujourd'hui d'une rémission complète pour 14 des 16 patients traités dans cet essai.

Source France info.fr


19 Décembre 2013 : Collaboration ANSM / Ordre des médecins

L’ANSM et l’Ordre des médecins renforcent leur collaboration pour promouvoir la sécurité des produits de santé

ANSM CONSEIL NATIONAL ORDRE MEDECINS LMC FRANCE COLLABORATION

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) ont signé le 13 décembre 2013 une convention de partenariat afin de développer des actions dans les domaines de la surveillance, de l’évaluation du rapport bénéfices/risques des produits de santé et de la diffusion des informations de sécurité sanitaire.

 

En savoir plus : site de l'ANSM !


07 Novembre 2013 : déclarer un effet indésirable - ANSM

Quoi de neuf pour les professionnels de santé et les patients ?

LMC FRANCE ANSM D2CLARER EFFET INDESIRABLE SECURITE MEDICAMENT LEUCEMIE
Déclarer un effet indésirable !

Une nouvelle rubrique est disponible sur le site internet de l’ANSM afin de faciliter la déclaration des effets indésirables suspectés d’être liés à l’utilisation d’un produit de santé. La navigation par type de produit (médicaments, dispositifs médicaux,…), puis par déclarant (professionnel de santé, patient….), permet d’accéder rapidement au formulaire adapté et aux informations pratiques pour le remplir. La transmission de cette déclaration à l’organisme chargé du recueil et de la gestion des signalements est également simplifiée. Il est désormais possible de déclarer en ligne les effets indésirables liés aux médicaments, et prochainement, les incidents liés aux dispositifs médicaux.

Simplifier et encourager la déclaration des effets indésirables

L’ANSM souhaite faciliter les déclarations en faisant évoluer sur son site internet l’interface qui permet le recueil des signalements.
Accessible depuis la page d’accueil du site internet de l’ANSM, la rubrique «Déclarer un effet indésirable» permet désormais à l’internaute de repérer rapidement le produit de santé pour lequel il souhaite faire un signalement et, selon son statut - professionnel de santé, patient/association de patients ou industriel - d’accéder au formulaire adapté ainsi qu’aux informations pratiques pour le remplir et le transmettre.
Pour le recueil des effets indésirables liés aux médicaments, un formulaire remplissable en ligne permet de transmettre la déclaration via un email au Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) dont dépend le déclarant. Le formulaire a été actualisé conformément à la nouvelle réglementation et sa présentation a été améliorée.
L’internaute peut aussi accéder, pour chaque type de produit, aux informations plus générales sur le système de vigilance. La déclaration d’effets indésirables dus à des erreurs médicamenteuses et la déclaration par les industriels des défauts de qualité sont également présentées dans la même rubrique. Les professionnels peuvent également y consulter le bulletin des vigilances produit par l’ANSM. 
Cette nouvelle interface, plus lisible et plus simple, pour déclarer les effets indésirables constitue une première étape vers une véritable télédéclaration en ligne.


Accéder à la rubrique « Déclarer un effet indésirable »

L’ANSM est chargée notamment de surveiller les produits de santé après leur mise sur le marché afin de renforcer la sécurité des patients.

Depuis juin 2011, les patients et les associations qui les représentent ont la possibilité de déclarer directement les effets indésirables suspectés d’être liés à l’utilisation d’un médicament.
En 2012, le nombre de déclarations en provenance des patients (1222) est encore modéré mais en constante augmentation : en août 2013, on note une augmentation de 36 % par rapport à la même période en 2012.

 

Les autorités sanitaires ne reçoivent qu’une partie des effets indésirables qui pourraient être déclarés. Une plus grande exhaustivité améliorerait la réactivité et la pertinence des mesures à mettre en place.
 

Source : ANSM

LMC France encourage vivement les patients atteints de LMC et l'ensemble des patients quelque soit leur pathologie, à user de cette possibilité offerte par l'ANSM de déclarer ses effets indésirables ; cette opportunité offerte aux patients est une véritable chance de prendre une part active à l'amélioration des médicaments.


01 Octobre 2013 : lancement de la base de données sur le médicament - ANSM

Développée par l'ANSM en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS) et la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs sociaux (CNAMTS) sous l'égide de la Direction générale de la Santé, la base de données sur le médicament a été lancée mardi 1er octobre par Mariesol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Son objectif : permettre aux professionnels de santé et au public de disposer d'accéder gratuitement à une information de référence sur les médicaments tout au long de leur cycle de vie. 

 

Consultez la base de données sur le médicament
Consulter le portail d'information sur le médicament "Médicament.gouv.fr"

 

Source : ANSM


09 Juin 2013 : point de l'ANSM sur le Furosémide Teva 40 mg

Parfois prescrit dans la LMC pour contrer un effet indésirable de l'ITK

L'ANSM a été avertie le 09 Juin 2013 de l'ouverture d'une enquête judiciaire à Marseille suite au décès d'une personne âgée de 91 ans dont le traitement comportait entre autres du Furosémide TEVA. A ce stade, les informations dont l'agence dispose indiquent que le patient prenait des comprimés issus d'une boite en provenance d'un des lots concernés par le rappel effectué hier. Il n'est pas possible d'établir un lien de causalité entre le décès de ce patient et le problème de conditionnement signalé sur la base des éléments dont l'ANSM dispose actuellement. L'ANSM a effectué vendredi après midi un rappel de lots indiquant que pour deux lots Y175 et Y176 de Furosémide TEVA, suite à l'identification d'un problème de conditionnement, des comprimés de Furosémide pouvaient être remplacés ponctuellement dans les blisters par des comprimés de Zopiclone. Cette substitution pouvait entrainer un risque de somnolence pour le patient (le zopiclone est un somnifère) mais également un manque d'effet diurétique (qui est l’effet recherché avec le Furosémide).

Un rappel de lot a été effectué immédiatement vers les pharmacies par le canal habituel du dossier pharmaceutique en collaboration avec le laboratoire TEVA et le conseil national de l'ordre des pharmaciens.

L'ANSM rappelle que les patients qui se sont vus délivrés du Furosémide TEVA des deux lots Y175 et Y176 ne doivent pas les utiliser. Ils doivent les ramener immédiatement à la pharmacie pour se voir délivrer une autre boite de Furosémide. S'ils ont un doute sur le lot concerné, ils peuvent ramener les boites de Furosémide TEVA. Les autres spécialités contenant du Furosémide dont le Lasilix ne sont pas concernées.

Une inspection du site de conditionnement  est diligentée par l'ANSM  pour identifier la cause de l'erreur.

Le numéro vert du laboratoire 0 800 51 34 11 qui a été ouvert vendredi 7 juin 2013 reste actif.

Information complémentaire :
Les boîtes de Furosémide TEVA concernées contiennent les blisters habituels. Les comprimés contenus dans ces blisters sont dans les deux cas des comprimés ronds, blancs et sécables qui sont différents sur leur face recto (voir photo ci-contre).

 

Source : ANSM


Leucémie myéloïde chronique et le Ponatinib

ARIAD annonce un avis favorable du CHMP pour l'Iclusig™ (Ponatinib) en vue de son autorisation dans l'Union européenne.

ARIAD Pharmaceuticals, inc. a annoncé que le Comité européen des médicaments à usage humain de l'Agence européenne du médicament (EMA) a rendu un avis favorable sur la demande d'autorisation de mise sur le marché pour l'Iclusig™ (Ponatinib) dans  deux cas :

  • le traitement des patients adultes atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC) en phase chronique, accélérée ou blastique et résistants au dasatinib ou au nilotinib ; ou qui sont intolérants au dasatinib ou au nilotinib et pour qui un traitement ultérieur à l'imatinib n'est pas approprié d'un point de vue clinique ; ou qui sont porteurs de la mutation T315I ;
  • le traitement des patients adultes atteints de leucémie aiguë lymphoblastique à chromosome Philadelphie positif (LAL Ph+) : résistant au traitement au dasatinib ; ou qui sont intolérants au dasatinib et pour qui un traitement ultérieur à l'imatinib n'est pas approprié d'un point de vue clinique ; ou qui sont porteurs de la mutation T315I.

Source : BFM TV


Accéder à son dossier médical

Depuis la loi du 4 mars 2002, tout patient qui en fait la demande peut accéder directement aux informations sur sa santé. Les médecins sont donc tenus d'établir au minimun une fiche d'observation voire un dossier comportant tous les éléments relatifs aux soins dispensés pour chacun de leurs patients.

Ce que doit contenir le dossier :
 - En établissement de santé, les médecins doivent consigner toutes les informations sur le patient hospitalisé dans un  dossier médical. La loi précise le contenu de ce dossier (article R1112-2 du code de la santé publique).
- En cabinet médical, les médecins doivent tenir une fiche d’observation sur chacun de leurs patients (article 45 du code de déontologie médicale, article R.4127-45 du code de la santé publique). Ces fiches ou dossiers (plus simplifiés qu'en milieu hospitalier) comportent les éléments actualisés concernant les décisions diagnostiques et thérapeutiques et les soins dispensés. Ces fiches ou dossiers  doivent être conservées dans des conditions garantissant leur confidentialité et sont accessibles au patient s’il en fait la demande.

 

La procédure : quand un patient demande à accéder aux informations médicales le concernant, celles-ci doivent lui être remises sous huit jours pour les informations datant de moins de cinq ans et sous deux mois pour les informations plus anciennes. L’accès aux documents est gratuit lorsqu’il a lieu sur place (établissement, cabinet médical, maison de santé…). Des frais de reproduction et d’affranchissement peuvent être facturés en cas d’envoi des documents.

Pour en savoir plus : Accès au dossier médical

 

Source : Ordre National des Médecins

 


Medicaments : AMM et RTU

L'ANSM met en œuvre un nouveau dispositif permettant de sécuriser les prescriptions de médicaments en dehors du cadre de leur autorisation de mise sur le marché (AMM), lorsqu’il existe un besoin thérapeutique non couvert et que le rapport bénéfice/risque du médicament est présumé favorable.
Le nouveau dispositif : recommandations temporaires d’utilisation (RTU) - Point d'information

 

Source : ANSM